Télécharger Le mémoire :

Titre: Lichen plan buccal, lésions buccales et dégénérescence maligne : Etude des facteurs pronostiques au service de pathologie et chirurgie Buccales C.H.U. Oran

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Pathologie et Chirurgie Buccale

Auteur: TABETI Cherifa Faiza ép BENTAHAR

Soutenu (e) le: 07/01/2018

Sous la direction de: BOUZOUINA Fatma, Professeur, Université d'Oran 1

Le président du jury : SAARI Badia, Professeur, Université d'Alger

Examinateur1: BOUADAM Fatima, Professeur, Université de Constantine

Examinateur2: HACENE Fatima, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur3: SERRADJ Amina, Professeur, Université d'Oran 1

Mention: Très honorable avec félicitations du jury

Résumé:

La transformation maligne du lichen plan buccal et des lésions lichénoïdes buccales demeure un sujet de controverse malgré les nombreuses études qui leur ont été consacrées. Le taux de transformation maligne varie de façon importante selon les études de 0 à 5,3 % [Ismail et al. 2007]. Notre étude avait pour objectif de décrire les facteurs pronostiques liés à la survenue d’un carcinome épidermoïde sur une lésion muqueuse de lichen plan buccal ou de lésion lichénoïde buccale dans une population de l’Ouest et du Sud-ouest Algériens. Il s’agit d’une étude prospective menée de février 2003 au 31 juillet 2015 au Service de Pathologie et Chirurgie Buccales au Centre Hospitalo-universitaire d’Oran. Soixante et onze patients présentant un/une lichen plan buccal/lésion lichénoïde buccale ont été colligés avec confirmation clinique et histo-pathologique dont 18 hommes et 53 femmes soit un sex ratio de 1 : 2,94. L’âge moyen au moment du diagnostic était de 54,58 ans avec des extrêmes allant de 07 à 80 ans. Cinquante-neuf patients présentaient un lichen plan isolé/lésion lichénoïde buccale isolée dont 15 hommes et 44 femmes. Douze patients présentaient un/une lichen plan buccal/lésion lichénoïde buccale associé à un lichen plan cutané et/ou génital. Quarante patients présentaient au moins une co-morbidité. La durée de suivi moyenne de la cohorte était de 59,97 mois. Durant la période de suivi, sept patients (9,86%) parmi les 71 ont développé une tumeur maligne sur lésion de lichen plan buccal/lésion lichénoïde buccale dont deux hommes et cinq femmes soit un sex ratio de 1 : 2,5. L’âge moyen du sous-groupe ayant présenté une transformation maligne était de 64,71 ans. Chez quatre patients, le carcinome épidermoïde était synchrone au diagnostic de lichen plan buccal/lésion lichénoïde buccale et chez un patient un carcinome métachrone est apparu après douze mois. Dans le sous-groupe touché par la transformation maligne, l’intoxication alcoolo-tabagique a été retrouvée chez un patient. Le carcinome était situé au niveau de la joue gauche chez trois patients, au niveau de la langue chez trois patients et au niveau de la gencive chez une patiente. Quatre patients sont décédés suite aux complications de leur cancer buccal. Les facteurs pronostiques semblent être le sexe, l’âge, la nature érosive ou atrophique du lichen plan buccal et des lésions lichénoïdes buccales ainsi que le siège du carcinome. Les résultats de notre étude suggèrent que le lichen plan buccal et les lésions lichénoïdes buccales sont de réels désordres potentiellement malins dont la surveillance clinique et histopathologique doit être régulière et étroite permettant le dépistage précoce du carcinome épidermoïde afin d’instaurer un traitement adéquat, ce qui garantit un meilleur pronostic et une amélioration de la survie des patients.


Mots clefs: Lichen plan buccal, Lésion lichénoïde buccale, Transformation maligne, Carcinome épidermoïde, Facteurs pronostiques.