Télécharger Le mémoire :

Titre: La survie du cancer du sein féminin : Etude au CHU d’Oran

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Epidémiologie et Médecine Préventive

Auteur: MESSID BOUZIANE MEFLAH Houria

Soutenu (e) le: 03/03/2020

Sous la direction de: MOKHTARI Lakhdar, Professeur, Université Oran 1

Le président du jury : AHMED FOUATIH Zoubir Kamel, Professeur, Université Oran 1

Examinateur1: BOUSAHBA Abdelkader, Professeur, Université Oran 1

Examinateur2: LAHMER Kheira, Professeur, Université Oran 1

Examinateur3: MEGUENNI Kaouel, Professeur, Université de Tlemcen

Examinateur4: TALEB Mourad, Professeur, Université de Sidi Bel Abbès

Mention: Trés Honorable

Résumé:

Introduction : Le cancer du sein est un véritable problème de santé publique, que ce soit en Algérie ou dans le monde entier. En Algérie, Il représente le premier cancer féminin en termes d’incidence et la première cause de mortalité féminine par cancer. Objectifs : Notre travail avait pour objectif d’estimer la survie sans progression à 5 ans et à 10 ans, ainsi que la survie globale du cancer du sein féminin non métastatique dans la wilaya d’Oran et de déterminer les principaux facteurs pronostiques qui conditionnent cette survie. Méthode : Nous avons réalisé une étude descriptive rétrospective sur 247cas incidents de cancer du sein féminin non métastatique diagnostiqués entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2009. Les patientes incluses dans l’étude devaient être des résidantes de la wilaya d’Oran et avoir un dossier clinique médical au Centre Hospitalier Universitaire d’Oran-Ahmed BENZERJEB (CHU d’Oran). L’analyse de la survie a été réalisée selon la Méthode de Kaplan Meier. Pour étudier les caractéristiques des principaux facteurs pronostiques, la survie des patientes a été calculée en analyse univariée par le Test du log-rank et en analyse multivariée par le modèle de Cox. Résultats : A la date du 31 décembre 2018, nous avons retrouvé des taux de survie sans progression loco-régionale, de survie sans progression métastatique et de survie globale à 10 ans de 90 %, 70,5 % et 74,4% respectivement. En analyse uni variée, les classes moléculaires her2 positif, la taille de la tumeur et l’atteinte ganglionnaire étaient associées à un risque significativement plus élevé de rechute loco-régionale et à distance.la survie globale à 10 ans a été affectée (p<0,05) par le stade de la tumeur au diagnostic, la rupture capsulaire, les emboles vasculaires et lymphatiques péritumoraux, le cancer inflammatoire, le délai de la prise en charge et le statut ménopausique. En analyse multivariée, la survie sans progression loco-régionale à 10 ans était affectée par le type Luminal B her2 positif (p=0,03) et la non irradiation du sein (p=0 ,02), tandis que la survie sans progression métastatique à 10 ans était influencée par la présence d’emboles vasculaires et lymphatiques péritumoraux (p=0,01) et la Surexpression de Her2 (p=0,01), et le stade III de la tumeur [IIIA (p=0,04), IIIB (p=0,01), IIIC (p<0,00)] et le cancer inflammatoire (p=0,04) avaient un effet défavorable sur la survie globale à 10 ans. Conclusion : Notre étude a démontré l’effet défavorable du stade avancé de la tumeur au moment du diagnostic sur la survie au cancer du sein, ce qui indique la nécessité de la mise en place d’un Programme National de Dépistage Mammographique du Cancer du Sein.


Mots clefs: Cancer du sein féminin non métastatique, survie à 10 ans, Facteurs pronostiques.