Télécharger Le mémoire :

Titre: Evaluation par cytométrie en flux de la maladie résiduelle du myélome multiple dans l’ouest Algérien

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Hématologie

Auteur: MRABET Rabea

Soutenu (e) le: 11/04/2018

Sous la direction de: BEKADJA Mohamed Amine, Professeur, Université d'Oran 1

Le président du jury : SIDI MANSOUR Noureddine, Professeur, Université de Constantine 3

Examinateur1: MESLI Naima, Professeur, Université de Tlemcen

Examinateur2: BRAHIMI Mohamed, Professeur, Université d'Oran 1

Mention: Très honorable avec félicitations du jury et échange avec les universités étrangères

Résumé:

L’immunophénotypage par cytométrie en flux multiparamétrique est une méthode sensible et spécifique pour la détection des plasmocytes anormaux. Afin d’évaluer son intérêt dans la quantification de la maladie résiduelle au cours du myélome multiple, nous rapportons les résultats d’une étude originale monocentrique immunophénotypique des plasmocytes médullaires réalisée par cytométrie en flux 8 couleurs chez 50 patients atteints de myélome multiple et ce après chimiothérapie suivi d’un traitement intensif et ayant atteints le J100. L’identification des plasmocytes a reposé sur trois étapes : La première étape appelée backbone qui consistait à analyser les cellules selon leur expression en CD45, CD38 et CD138et ce après avoir précisé la région d’analyse en SSC et FSC pour éliminer tout ce qui est débris, les lymphocytes, les faux positifs, le vide et même les doublés. Cette étape a été primordiale pour identifier la région englobant la totalité des plasmocytes médullaires. La deuxième étape était une analyse de vérification par rapport au témoin interne du panel. La dernière étape consistait à une analyse des marqueurs aberrants (CD56, CD19, CD27). Il était également important de visualiser la population de cellules doublement positives en CD38/CD138 pour augmenter la sensibilité de détection des plasmocytes. Donc les trois marqueurs aberrants avec le positionnement superposé des plasmocytes normaux et pathologiques selon l’expression en CD38/CD138 ont été considérés comme étant les quatre critères nécessaires pour distinguer les plasmocytes normaux des plasmocytes pathologiques. Cette étude nous a permis de détecter 10 patients avec une maladie résiduelle positive alors que le plus souvent leur état clinique et les examens d’évaluation de routine ne permettaient pas de diagnostiquer une maladie évolutive ou une rechute. Nos résultats confirment l’intérêt diagnostique de cet outil pour la caractérisation et la quantification précise des plasmocytes anormaux avec une intégration aisée dans les pratiques courantes d’un laboratoire d’hématologie


Mots clefs: Myélome multiple, Immunophénotypage, Cytométrie en flux, Maladie résiduelle, Cluster de différenciation