Télécharger Le mémoire :

Titre: L’allergie aux protéines du lait de vache chez le nourrisson : Epidémiologie clinique et prise en charge, Etude du recrutement de l’ouest Algérien

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Pédiatrie

Auteur: BOUCHETARA Assia

Soutenu (e) le: 28/01/2018

Sous la direction de: TOUHAMI Mahmoud, Professeur, Université d'Oran 1

Co-directeur:/

Le président du jury : BOUDRAA Ghazalia, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur1: BOUZIANE NEDJADI Karim, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur2: BENALLAL Khadidja, Professeur, Université de Sidi Bel Abbés

Examinateur3: SMAHI Mohamed Chemseddine, Professeur, Université de Tlemcen

Examinateur4: EL MECHERFI Kamel Eddine, Professeur, Université Mohamed Boudiaf USTO

Invité: /

Mention: Très honorable avec félicitations du jury

Résumé:

L’Objectif de notre étude est d’établir le profil clinique, épidémiologique, thérapeutique et évolutif des patients allergiques aux protéines de lait de vache (APLV) tout en décrivant les différents moyens diagnostiques et s’intéressant particulièrement à l’atopie familiale. Notre étude a été complétée par une enquête de dépistage dans les familles à risque, familles de patients suivis pour allergie aux protéines de lait de vache répertoriés dans notre série. Matériels et méthodes : Notre étude était descriptive analytique chez des patients allergiques aux protéines de lait de vache à partir d’un recrutement rétrospectif sur dossiers de patients suivis dans les deux services de pédiatrie à Oran (service de Pédiatrie « C » du CHU Oran et le service de gastroentérologie et nutrition de l'EHS Canastel) de 1987 à 2011 et d’un recrutement prospectif réalisé au niveau du service de gastroentérologie et nutrition de l'EHS Canastel allant de 2011 à 2015. Notre travail n’a pu se faire sans la création d'une consultation d'allergologie alimentaire. Résultats : 1. Durant la période de 1987 à 2015 (29 années), 1041 patients ont été recrutés pour allergie aux protéines de lait de vache: 772 patients dans le recrutement rétrospectif et 269 dans le recrutement prospectif. Le Sex-ratio était de 1,19. La majorité des enfants sont de la wilaya d'Oran (81,70 %). La notion d’atopie familiale est présente chez 57,15 % des patients. Les tableaux cliniques d’atopie chez les membres des familles sont prédominés par les tableaux respiratoires suivis par les tableaux cutanés. Nos patients APLV sont nés prématurés dans 6,60% des cas et par césarienne dans 38,82 % des cas, 11,60 % de nos patients avaient un petit poids de naissance. La notion de prise du biberon sensibilisateur est notée chez 45,29 %. L’âge moyen d’introduction des PLV est de 31,24 jours ± 50,37 alors que l’âge moyen du début des troubles est de 2,09 ± 2,86 mois. Le délai moyen d’apparition des troubles après l’ingestion du lait de vache est de 25,06 ± 41,20 jours. L’âge moyen au diagnostic est de 03,45 ± 3,23 mois. Une malnutrition sévère était trouvée chez 18.90 % des patients au moment du diagnostic. Les signes digestifs isolés ou associés sont majoritaires chez nos patients (93,75 %). - Moyens diagnostiques : 140 dosages des IgE spécifiques au LV ont été effectués dont 56,43% étaient positifs. Nos patients APLV à formes IgE ou non IgE médiées ont respectivement présenté des signes digestifs (84,81% ; 88,52%), des signes cutanés (40,50% ; 49,18 %) et des signes respiratoires (26,58 % ; 21,31 %). 119 tests cutanés ont été pratiqués montrant une sensibilisation au lait de vache dans 56,30% des cas. - Sur le plan évolutif : L’âge moyen d’acquisition de la tolérance du lait de vache est de 13.32 ± 8.21 avec des extrêmes allant de 5 mois à 6 ans.Nous avons eu 11 APLV persistantes. 2. L’enquête dans les familles à risque a touché 30 patients et 105 membres proches (parents, frères et sœurs). La notion d’atopie était présente chez 73,33 % des patients avec des signes cliniques d’atopie présents chez 56,66 % des parents et chez 60 % des frères et sœurs avec la rhinite allergique au premier plan. Une sensibilisation au lait de vache était présente chez 19,10 % des membres proches de nos patients aux pricks tests et les immunoglobulines spécifiques au lait de vache étaient positives chez 10 %.Au total, 24 membres proches de 17 familles sont sensibilisés au lait de vache soit au PT soit aux IgE LV et 8 membres ont présenté une APLV (3 mères ,1 père, 2 frères et 2 sœurs). Conclusion : Notre étude est venu enrichir les quelques études sur l’APLV en Algérie, nous apportons une vision objective sur les pratiques effectuées dans les deux services de pédiatrie recruteurs pour ainsi donner un profil épidémiologique et une meilleure connaissance de cette pathologie et cela dans le but d’améliorer la prise en charge des patients.


Mots clefs: APLV,enfant,atopie familiale,biberon sensibilisateur, sensibilisation, diététique.