Télécharger Le mémoire :

Titre: Etat de stress post traumatique (PTSD) chez les militaires victimes d’évènements traumatisants au niveau de la 2ème région militaire : Aspects médico-légaux et expertise

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Médecine Légale

Auteur: HIMMI Karim

Soutenu (e) le: 23/05/2017

Sous la direction de: ABOUBEKER Abdelmadjid, Professeur, Université d'Oran 1

Le président du jury : MOKHTARI Lakhdar, Professeur, Université Oran 1

Examinateur1: OUSSADIT A, Professeur, Université de Tlemcen

Examinateur2: BOUBLENZA A, Professeur, Université de Sidi Bel Abbés

Examinateur3: BELHADJ L, Professeur, Université de Sidi Bel Abbés

Examinateur4: AZZEDDINE Ratiba, Maître de Conférence

Mention: Très honorable avec félicitations du jury

Résumé:

Introduction : Au cours de sa vie professionnelle, le militaire est parfois confronté à des situations de stress pouvant être pour certains cas à l’origine d’un état de stress post-traumatique (ESPT). Les situations vécues par nos militaires lors de la décennie noire ont été des plus violentes et des plus horrifiques engendrant ainsi des séquelles post-traumatiques diverses. L’une d’elles a attiré notre attention par sa fréquence et ses répercussions tant professionnelles que sociales. Ainsi, notre étude a porté sur les militaires victimes lors de la tragédie nationale d’un traumatisme psychique à l’origine d’un ESPT et expertisés au niveau de la deuxième région militaire entre 2002 et 2012. Nous nous sommes concentrés sur les répercussions de cette pathologie sur l’aptitude au service armé et l’apport de l’indemnisation dans le processus de la prise en charge de ces victimes. Matériels et méthodes : Etude descriptive rétrospective, de 2002 à 2012, d’une population de militaires victimes lors de la tragédie nationale de traumatisme psychique ayant comme séquelle un ESPT. Ainsi, dans un premier temps nous avons recensé les cas d’ESPT parmi toutes les victimes présentant des séquelles post-traumatiques afin de déterminer l’ampleur de cette affection au sein des ces séquelles. Dans un deuxième temps, nous avons étudié rétrospectivement l’évolution des symptômes de l’ESPT dans deux sous échantillons de notre population, l’un englobant les cas expertisés et indemnisés précocement et l’autre comprend les cas dont l’expertise et l’indemnisation sont tardives. Cette partie nous a permis d’apprécier l’influence qu’a la réparation sur l’évolution de cette pathologie. Dans un dernier temps, nous avons estimé l’impact professionnel de l’ESPT par l’étude du nombre d’arrêt de travail et des conclusions de l’expertise. Résultats : Nous avons retrouvé une prévalence de l’ESPT par rapport aux autres séquelles traumatiques à 10 %. Une moyenne d’arrêt de travail de 838 jours soit 28 mois témoigne d’une longue évolution de la pathologie et seulement 8,3 % des cas n’ont pas eu de répercussions professionnelles lors de la décision définitive. L’étude des symptômes de l’ESPT montre une influence assez intéressante de l’expertise médico-légale dans le processus évolutif de cette pathologie. Conclusion : En milieu militaire, l’ESPT constitue un grand problème de santé par ses répercussions professionnelles et économiques. Sa prise en charge n’est pas uniquement psychiatrique, mais doit être adaptée à l’ampleur de ses conséquences incluant une expertise médico-légale précoce et équitable afin de garantir des résultats satisfaisants.


Mots clefs: Militaire, Décennie noire, Traumatisme psychique, Victime, Etat de stress post-traumatique, Expertise, Indemnisation.