Télécharger Le mémoire :

Titre: Sécurité de l’anesthésie générale en dehors du bloc opératoire dans un hôpital pédiatrique

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Anesthésie-Réanimation

Auteur: ADDOU Zakaria Zoheir

Soutenu (e) le: 21/05/2017

Sous la direction de: MENTOURI CHENTOUF Zahia, Professeur, Université d'Oran 1

Le président du jury : MEHALI Mustapha, Professeur, Université Oran 1

Examinateur1: CHOUICHA Badra, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur2: SOUILAMAS Nazim, Professeur, Université d'Alger

Examinateur3: MESSABIH ATBI Fatima, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur4: RADOUI Abdelkarim, Professeur, Université d'Oran 1

Mention: Très honorable avec félicitations du jury

Résumé:

Introduction Prodiguer une anesthésie générale hors bloc opératoire(AHB) pour la réalisation des gestes diagnostiques et thérapeutiques est nécessaire face à l’augmentation de la demande de soins. L’objectif de notre étude est de déterminer la nature, la fréquence des effets indésirables d’AHB en utilisant l’échelle d’évaluation de la World SIVA International SedationTask Force et identifier les facteurs de risques prédictifs de ces effets. Population et méthodes Une étude prospective observationnelle a été réalisée au niveau de l’hôpital pédiatrique de l’EHS Canastel d’Oran, de janvier 2012 à mai 2015 chez les enfants qui ont eu besoin d’une AHB. Les données recueillies étaient les caractéristiques démographiques des enfants, les types de geste réalisés et les produits anesthésiques utilisés. Les effets indésirables de l’AHB étaient classés en risques mineurs, minimes, modérés et majeurs. Une analyse multifactorielle par régression logistique était utilisée pour identifier les facteurs prédictifs d’effets indésirables. Résultats 663 enfants étaient inclus lors de la réalisation des gestes sous AHB. L’âge moyen était de 4 ans (avec des extrêmes de 0,16 - 15 ans), 97% étaient de classe American Society of Anesthesiologists (ASA) I ou II. Les gestes les plus souvent réalisés étaient l’hémato-oncologie (36,3%), la radiologie (23%) et la bronchoscopie (21%). Le propofol était utilisé seul dans 38% et associé aux opioïdes dans 21,2%. La kétamine était utilisé dans 29,6%.14, 4% (IC95=12-17,4%) des enfants avaient présenté des effets indésirables. Le risque majeur représentait 1,6% (IC95=1-3%). Il comprenait une désaturation sévère (11cas), une apnée prolongée (4 cas) et 1 cas d’arrêt cardiaque. Les interventions majeures étaient réalisées dans 0,3% des cas, 2 patients étaient intubés et 1cas un massage cardiaque. Aucune conséquence majeure n’a été notée. Les principaux facteurs de risques associés aux effets secondaires en analyse multifactorielle étaient la présence de pathologie cardiaque (OR=3,7 ; IC95=1,03-13,7), l’adjonction du fentanyl au propofol (OR=2,3 ; IC95=1,3-4,2) et la bronchoscopie souple (OR=4 ; IC95=2,2-7,4). Conclusion L’Anesthésie générale hors bloc réalisée dans notre hôpital par une équipe spécialisée de réanimateurs pédiatres et d’infirmières anesthésistes pour la réalisation des gestes diagnostiques et thérapeutiques a comporté un risque très faible d’effets indésirables majeurs.


Mots clefs: Anesthésie générale hors bloc - Enfant - Hôpital pédiatrique- Effets secondaires- Facteurs de risque.