Télécharger Le mémoire :

Titre: Co-infection tuberculose-VIH : Aspects épidémiologiques et cliniques

Domaine: Médecine

Filière: Médecine

Option: Pneumo-Phtisiologie

Auteur: LEKEHAL Nadia Meriem

Soutenu (e) le: 09/03/2017

Sous la direction de: BERRABAH Yahia, Professeur, Université d'Oran 1

Co-directeur:/

Le président du jury : LELLOU Salah, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur1: MOUFFOK Nadjet, Professeur, Université d'Oran 1

Examinateur2: TALEB Abdessamed, Professeur, Université de Sidi Bel Abbes

Examinateur3: ZIANE Benattou, Professeur, Université de Tlemcen

Examinateur4: /

Invité: /

Mention: Très honorable avec félicitations du jury

Résumé:

L’avènement de l’infection à VIH (Virus d’immunodéficience acquise) est venu compliquer l’endémie tuberculeuse déjà existante amenant la tuberculose au premier rang des infections opportunistes en rapport avec le VIH. En Algérie, pays d’endémie tuberculeuse, ceci est constaté à travers notre étude descriptive prospective longitudinale, 15% des patients infectés par le VIH ont développé une tuberculose dans la région de l’ouest algérien, 44 ,8% dans la wilaya d’Oran. La description clinique et paraclinique de 140 cas de co-infections TB/VIH du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2013, avec une tuberculose maladie révélatrice du statut VIH dans 77,9% des cas, a montré une proportion très élevée des formes multiviscérales 56,40%.La positivité bactériologique est faible elle est de l’ordre de 29,3%. La topographie extra pulmonaire est dominée par l’atteinte ganglionnaire à 47,1%. La prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients co-infectés VIH/ Tuberculose s’avère extrêmement délicate. Les localisations atypiques notamment de la moelle osseuse 21,1% et du foie 4 ,3% nécessitent beaucoup de moyens diagnostiques parfois invasifs retardant ainsi le diagnostic de la co-infection. Les effets indésirables liés aux antituberculeux et antirétroviraux sont fréquents représentés essentiellement par une hépatotoxicité à 55% et le syndrome inflammatoire de restitution immune IRIS à 7,8%. Un taux de guérison à 47,1% et une mortalité de 17,9% des sujets co-infectés de notre étude, mettent en évidence toute l’urgence nécessaire à l’amélioration de la stratégie de la prise en charge de la co-infection dans notre pays.


Mots clefs: co-infection, tuberculose maladie, Tuberculose multiviscérale, VIH.